AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tu n'as pas l'air d'un homo pourtant... (In Young)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité



MessageSujet: Tu n'as pas l'air d'un homo pourtant... (In Young) Sam 25 Oct - 0:10

Aller au boulot avec une casquette sur la tête, c'est une première pour moi. Heureusement qu'on a pas imposé de contraintes vestimentaires au sein de l'entreprise. Mais cela n'empêche que tout le monde a eu la curiosité de me fixer, je devais passer pour un type pas sérieux. Au moins, je me suis évitée un scénario catastrophe, j'ai des cheveux orange. ORANGE. Cette teinture, je l'ai plus subie que choisie : en me lavant les cheveux ce matin, j'ai remarqué qu'on a troqué le shampoing contre un produit de coloration. Je me doutais que ça allait pas passer inaperçu à l'entreprise, et au lieu de laisser les gens rejeter la faute sur un coiffeur, lâcher des remarques du genre "t'étais pas trop consentant ou c'est le coiffeur qui est aveugle ?" je préférais mettre un casquette en priant que la couleur est temporaire, qu'elle s'enlèvera avec du shampoing.

Je sais pas si In Young y est pour quelque chose, si oui, j'espère qu'il s'est lavé les cheveux avec le même produit. Je souris toute seule en y pensant, plus par amusement que par sadisme. Une fois devant notre chambre, je fais un maximum de bruit pour lui signaler mon arrivée - histoire de ne pas tomber nez-à-nez avec un homme à poil ou qui fait des trucs... douteux. Je secoue la tête, mais à peine la porte ouverte que je constate que monsieur est en fait pas encore rentré, j'aperçois même une silhouette familière qui s'approche dans le couloir. J'affiche un sourire en coin avant d'ouvrir la porte au complet et... de recevoir un pot de peinture noire sur la tête. Bon, ma consolation, c'est que le orange se marie bien avec le noir. Je grimace, retenant prisonnier un cri furieux et fixant In Young qui est, maintenant, à ma hauteur. Sans mot dire, parce que quand on a pas de preuves, il vaut mieux garder ses reproches pour soi.

Toujours silencieuse, je retire ma casquette puis regarde In Young, anticipant ses questions parce que je sais qu'il peut être sarcastique. « Je sais pas pourquoi mes cheveux sont... comme ça. Et au cas où tu te le demandes, mon coiffeur est pas aveugle. Si c'était le cas, il y aurait une explication à ça. » dis-je en désignant mes cheveux noirs-orange. Je me tourne seulement pour constater qu'il y a maintenant un grand lit deux places dans la pièce. Mais où sont partis nos deux lits... ? Je soupire bruyamment en me tournant vers mon cher colocataire, le regard plus dégoûté qu'hostile. « C'est toi qui as fait ça ? T'as pas l'air d'un homo pourtant... »
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: Tu n'as pas l'air d'un homo pourtant... (In Young) Jeu 30 Oct - 21:50


    Avec un air dégoûté, j'enlevai une plume d'oie de ma bouche, avant de hoqueter, tout en me couvrant la bouche de ma main libre. Non franchement, venir habiter dans ce taudis, qu'ils osaient appeler «entreprise» avait été ma plus belle idée depuis bien longtemps, il n'y avait pas à dire. Il suffit de regarder dans quel état est ma chemise préférée pour le dire, pensai-je en soupirant profondément.
    Depuis que j'étais ici, j'avais pris mon parti de jouer franc-jeu avec tout le monde. Après tout, cela allait faire bientôt un an que mon espèce avait débarqué ici, alors il était légitime de croire que les humains s'étaient habitués à nous, n'est-ce pas ? Légitime, peut-être, mais véridique... pas franchement.

    Je puais l’œuf pourri, mes cheveux ne ressemblaient plus à rien vu qu'ils étaient plein de talc, puis... allez savoir ce qu'ils m'avaient fichu dans la gorge, mais je toussais des plumes depuis cinq minutes. Mon jean était lacéré de part et d'autre, et ils avaient même poussé le vice jusqu'à aller me piquer mes lacets. « C'est tout bonnement ridicule.  » dis-je à voix basse, tout en sortant des douches, un air peu amène peinturluré sur le visage.

    Du bizutage, c'est bien ça ? Mais, ces humains qui se plaignaient toujours d'être occupés, n'avaient pas autre chose à faire que de me faire manger des plumes ? Une main sur la clenche, je repoussais un peu mes cheveux en arrière, et attendais deux secondes, ayant entendu du bruit non loin. Je n'avais plus vraiment la patience pour supporter un autre de leurs petits jeux, j'allais me faire oublier. Aller prendre une douche d'abord, puis me faire oublier ensuite.
    Pourquoi m'étais-je laissé faire ? La flemme.

    Si j'ai appris une chose ici, c'est celle-ci : à partir du moment où l'on s'oppose, on coche la petite case stipulant : j'accepte tout un tas de complications. Et moi, les complications, ça n'est pas mon truc.
    Calmement, je retournais alors vers la chambre où je dormais depuis quelques semaines, priant de tout mon cœur pour que Yo Han ne soit pas là, histoire que j'ai le temps de prendre une bonne douche avant de m'engueuler avec lui sur la place du tapis de bain. A peine avais-je fini de penser cela, que sa silhouette se dessina devant mes yeux, surpris, je secouais la tête, avant de me rendre à l'évidence : aujourd'hui, j'avais vraiment la poisse.

    Je fronçai les sourcils en m'arrêtant sur sa coupe de cheveux : « Je sais pas pourquoi mes cheveux sont... comme ça. Et au cas où tu te le demandes, mon coiffeur est pas aveugle. Si c'était le cas, il y aurait une explication à ça. » Soufflé, je croisais les bras sur mon torse, et roulais des yeux : « Ne me fais pas dire ce que je n'ai pas encore dit, hm. Je n'en ai pas grand chose à faire de tes cheveux, tu sais. Mais si tu veux mon avis, le orange ne te va pas superbement bien au teint.  » Je haussais les épaules tout en rétorquant cela.

    Je regardais sans grande peine par dessus son épaule, et fus décontenancé par la nouvelle allure de la pièce. Je ne mettais pas longtemps à comprendre ce qui se tramait, et frappais de suite mon front avec la paume de ma main. « C'est toi qui as fait ça ? T'as pas l'air d'un homo pourtant... » Je posais mes yeux sur lui, avant de grincer des dents et de répondre du tac au tac :

    « Et toi, tu n'as pas l'air complètement abruti, et pourtant, à chaque fois que tu ouvres la bouche, tu me vends du rêve. Mes mots transpiraient l'ironie, et je n'avais aucun mal avec cela, après tout c'était lui qui venait de me balancer de but en blanc que j'étais un gay refoulé. Sinon, non je ne suis pas homo. C'est un cadeau de bienvenue, juste pour moi. Libre à toi de changer de chambre. J'enlevais ma chemise malodorante et la fichais à la poubelle. Ils font ça à tout le monde ou bien c'est ma tête qui leurs revient pas ?  » demandais-je calmement, alors que la position de mes sourcils semblaient être bloqué sur «las ».
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: Tu n'as pas l'air d'un homo pourtant... (In Young) Dim 9 Nov - 18:23

Je laisse ma tête aller contre le mur derrière moi en soupirant, plus excédée par la situation que par sa réponse. Ce orange qui ne me va pas au teint est ma dernière préoccupation sur la terre, parce que quelques chose me dit que cette série d'harcèlements ne va pas s'arrêter avec le pot de peinture fraîchement renversé sur ma tignasse. D'ailleurs, maintenant que j'ai le temps de me focaliser sur mon colocataire, je constate que je suis pas la plus malheureuse dans l'histoire. « On dirait que quelqu'un est vraiment en colère contre toi... » dis-je en le regardant de haut en bas, masquant un rire. C'était définitivement comique.

Au vue de son mécontentement de la nouvelle décoration de la chambre, je me rends compte que j'ai trop vite parlé en l'accusant d'en être responsable. Et bien sûr, il ne manque pas de me le rappeler, à moi, l'abruti... mais mince, je me suis trompée, ça arrive. « Je ne suis pas un abruti, juste un paratonnerre à gens bizarres. » "qui me font passer pour tel". « Sinon, non je ne suis pas homo. C'est un cadeau de bienvenue, juste pour moi. Libre à toi de changer de chambre. » Il pense que je serais restée si j'avais pu changer de chambre ? Toute la résidence est occupée, hormis les couloirs. « Mais non, ça fait plaisir de vivre en communauté, surtout avec toi. » C'est mes paroles qui sont prononcées sur un mode ironique cette fois.

Un presque sourire s’affiche à la commissure de mes lèvres alors que je jette un œil dans sa direction, pour me détourner aussitôt. Je comprends mieux d'où vient la mauvaise odeur qui m'a accueillie, mais est-ce qu'il faut qu'il enlève la chemise maintenant, là ? J'attrape un coussin que je lui lance à la figure. « Combien de fois faut-il que je te dise de ne pas te déshabiller devant mes yeux ? J'ai pas envie de te voir à poil ! » Histoire de me donner l'air encore plus abrutie, je ne peux m'empêcher de regarder furtivement son torse puis de déglutir. J'espère avoir l'air mal à l'aise, non pas la tête d'une fille qui apprécie ce qui s'offre à sa vue.

Je me mets dos à lui, comme ça c'est vite réglé. « Ils font ça à tout le monde ou bien c'est ma tête qui leurs revient pas ?  » La colère se dissipe alors que je comprends mieux ce qu'il se passe. Il s'agit donc de bizutage... il faut avouer que les gens ne manquent pas d'imagination, tiens. Toujours sans lui faire face, je réponds, fidèle à notre relation de Tom & Jerry : « En fait, je crois bien que c'est ton air de timbré qu'ils aiment pas. » J'affiche un sourire qu'il peut pas voir avant de reprendre : « Ils font pas ça à tout le monde, et jamais ils ont été aussi inventifs. Ils doivent t'apprécier, au contraire. » Par contre, moi j'ai rien demandé... pourquoi faut-il que j'y assiste ? « Désolé pour ta chemise hein, j'aurais bien râlé mais ce que le personnel fait en dehors de ses heures de travail, c'est du privé, ça me regarde pas.  »

« De toute façon, on a deux personnes qui doivent se nettoyer mais qu'une seule salle de bains. Tu me laisses prendre ma douche en premier ? » Si je suis un peu polie, il y a des chances qu'il soit d'accord. J'y pense, le fameux "ladies first" aurait été d'une grande utilité en l'occurrence.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: Tu n'as pas l'air d'un homo pourtant... (In Young) Ven 14 Nov - 23:14


    « On dirait que quelqu'un est vraiment en colère contre toi... » Soufflé, je posais les yeux sur lui, attrapais son regard un court instant, et tout en prenant un air intéressé : « Tu as d'autres banalités navrantes? » rétorquai-je, comme si j'en avais sincèrement quelque chose à cirer de ce qu'il pensait de tout cela. Il ne pouvait rien faire pour moi, voilà par où est-ce qu'il fallait commencer : le reste, il n'avait qu'à le garder pour sa peluche Stitch (oui, celle qu'il cachait au fond de son casier, tout en pensant que je n'en savais rien).

    D'ailleurs, vu l'intrusion, il n'était pas certain que ce soit encore un secret ici. Un lit double hein ? Ils avaient vraiment du temps à perdre : mettre notre chambre à sac, passe encore, mais aller jusqu'à changer notre literie complète, il y avait des gens en manque sérieux de vie sociale ici. « Je ne suis pas un abruti, juste un paratonnerre à gens bizarres. » Je levai les yeux au ciel, balayant sa remarque juvénile d'un haussement d'épaules. « Mais non, ça fait plaisir de vivre en communauté, surtout avec toi. » Je me forçais à rire à son ironie de bas étages, avant de croiser les bras sur mon torse maintenant nu.

    « Parle pour toi, dès que j'ai rassemblé l'argent, je me tire d'ici.  » Un fin rictus étira mes lèvres, alors que je le regardais droit dans les yeux. Oui, je jouais l'idiot qui ne comprenait pas. Un problème ? « Les maniaques compulsifs ont la fâcheuse tendance de polluer mon soleil.  » Je passais une main brouillonne dans ses cheveux citrouille.

    Drôle, sachant que ce soleil n'était pas le mien.

    Je sortis de mes pensées juste à temps pour attraper le coussin qu'il me lançait au vol, et le reposais sur le lit, calmement. Je fronçais alors les sourcils en sa direction, le regard inquisiteur : « Combien de fois faut-il que je te dise de ne pas te déshabiller devant mes yeux ? J'ai pas envie de te voir à poil ! » Exaspéré, je soupirais, mais ne me rhabillais pas pour autant. « Je suis à poil là ? C'est quoi ton problème au juste, je comprends pas bien. Avec une petite idée derrière la tête, j'enlevais mon jean et m'installais sur le lit, en boxer. Autant te donner matière à râler après tout.  » Et non, je ne comptais pas bouger avant qu'il ne se décide à être moins chiant. J'avais des rations de survies et un livre... quelque part.

    « En fait, je crois bien que c'est ton air de timbré qu'ils aiment pas. Ils font pas ça à tout le monde, et jamais ils ont été aussi inventifs. Ils doivent t'apprécier, au contraire. » Alors j'allais avoir droit à ça à nouveau ? Car la prochaine fois, je ne promettais pas de rester tranquille. Je ne cherchais pas le blâme, mais il y avait des limites à tout, n'est-ce pas ? « On dirait vraiment que l'excès de zèle, c'est un truc courant ici. Dingue.  » Oui, je faisais allusion à ma nature sans la moindre gêne, mais dès le départ, je ne m'étais pas caché, et je ne comptais pas le faire maintenant.

    Toujours bien calé, j'écoutais ce qu'il avait -encore- à me dire. « Désolé pour ta chemise hein, j'aurais bien râlé mais ce que le personnel fait en dehors de ses heures de travail, c'est du privé, ça me regarde pas.  » Je me surpris à rire. C'était assez affolant qu'une brindille comme lui soit à la tête de tant d'idiots, mais soit, ça n'était pas mon problème après tout.

    « C'est toi le chef, je vais m'en tenir à ça, pour le moment. dis-je en haussant les épaules : Seulement, t'avises pas de changer de discours, plus tard.  » Comme je l'ai déjà dis, je suis quelqu'un d'honnête, et ma future petite vengeance n'est pas un secret ni même une honte pour moi. De plus, je ne comptais pas le faire pendant les heures de travail alors il n'avait pas son mot à dire.

    Et je ne travaillais même pas ici.
    Puis, je serais sûrement trop fatigué pour faire quoi que ce soit dans les jours à venir.

    « De toute façon, on a deux personnes qui doivent se nettoyer mais qu'une seule salle de bains. Tu me laisses prendre ma douche en premier ? » Voilà qu'il recommençait. « Tu m'as vu ? Enfin, tu m'as senti ? Hors de question que je reste une minute de plus comme ça. Alors, si tu veux pas me voir « à poil » comme tu dis, je te déconseille la salle de bain durant les trente prochaines minutes.  » Je me levais enfin du lit et lui souris de toute mes dents.

Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: Tu n'as pas l'air d'un homo pourtant... (In Young) Lun 17 Nov - 19:15

« Tu as d'autres banalités navrantes? » Je détourne mon regard de lui, fatiguée et ayant l'impression qu'il voit une attaque dans chacune de mes phrases. « De nos jours, il y a de ces gens susceptibles, c’est fou... » je marmonne, plus pour moi que pour lui. « Parle pour toi, dès que j'ai rassemblé l'argent, je me tire d'ici. Les maniaques compulsifs ont la fâcheuse tendance de polluer mon soleil.  » Voilà la preuve. Je dirais pas qu'il est hostile mais la gentillesse, il a pas l'air de savoir ce que c'est. Je recule d'un petit pas ensuite, n'appréciant pas de sentir sa main sur mes cheveux. « J'ai hâte. » C'est tout ce que j'ai à dire. Qu'il se barre le plus vite possible ! Sinon c'est moi qui le ferais : être SDF ne peut pas être pire que cette espèce de vie commune.  

Puis je prends trop de risques en restant dans cette chambre, il fait pas mal de choses qui sont malvenues ici. A commencer par son habitude d'enlever son haut sous mes yeux. « Je suis à poil là ? C'est quoi ton problème au juste, je comprends pas bien. » Je grimace. Ouai. Je sais qu'à ses yeux il n'y a pas de quoi se plaindre, je sais. Quand il ose même enlever son pantalon, je le regarde avec des yeux ronds avant de virer pivoine dans la seconde et de me détourner. « Autant te donner matière à râler après tout.  » Il plaisante, non ? Après tout, chacun son humour et si ça se trouve, les strangers ont le pire humour qui soit... je secoue la tête en réalisant à quel point ma théorie est stupide et me concentre à trouver une solution. Parce que si ça continue comme ça, je sais que je me surprendrais un jour à crier comme une de ses groupies, réflexe qui est loin d'être... masculin. Ça va me trahir un jour, je le sens...

« Ecoute, je... je dois t'avouer quelque chose : je suis bi. » Je déglutis, fixant le mur. « Autant dire que te voir comme ça me laisse pas de marbre... je parle de simple attirance physique hein. C'est comme si... une fille était en train de te regarder, tu vois ? » J'essaie de me retourner vers lui, les joues rosies. « Tu te sentirais comment si une fille te regardait là ? » dis-je, espérant que grâce à ma fausse bisexualité il arrêtera de se dénuder en ma présence à l'avenir.

« On dirait vraiment que l'excès de zèle, c'est un truc courant ici. Dingue.  » En entendant ça, je trouve moins de mal à le regarder juste dans les yeux et même à vraiment contempler son visage. C'est qu'il me rappelle que j'ai affaire à un alien. « T'as l'air parfaitement humain. » Je le dévisage, la tête penchée sur la droite avant de m'en sentir gênée et de re-fixer le mur. « Mais puisque tu l'es pas, pourquoi tu te laisses faire ? Je veux dire... je suis sûr qu'avec tes capacités, t'aurais pu t'épargner tout ça. »

« C'est toi le chef, je vais m'en tenir à ça, pour le moment. Seulement, t'avises pas de changer de discours, plus tard.  » Ça sonne comme un avertissement. J'hausse les épaules. « Non non. Tant que tu leur casses pas les jambes et qu'ils peuvent toujours venir travailler, je dirais rien. » Je ris, amusée, me doutant que sa façon de se venger serait aussi rigolote que leur manière de lui dire bienvenue. « Tu m'as vu ? Enfin, tu m'as senti ? Hors de question que je reste une minute de plus comme ça. Alors, si tu veux pas me voir « à poil » comme tu dis, je te déconseille la salle de bain durant les trente prochaines minutes.  » Je soupire et ramasse son jean avant de le tendre en sa direction sans le regarder, il gagne : « La salle de bains est à toi. »

Je me laisse tomber sur le lit que je suis censée partager avec lui. Puis au bout de quelques minutes, j'entends mon estomac gargouiller et finis par frapper timidement à la porte de la salle de bains. « Hey, In Young... à quel point t'es nul en cuisine ? » J'émets un rire imperceptible avant de m'appuyer contre le mur, les bras croisés. « Est-ce que je peux t'utiliser pour casser les œufs ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: Tu n'as pas l'air d'un homo pourtant... (In Young) Ven 5 Déc - 19:17


    « Écoute, je... je dois t'avouer quelque chose : je suis bi. » En entendant cela, je fronçai les sourcils et croisais les bras sur mon torse. Est-ce qu'il pensait que j'allais me laisser avoir ? Il n'arrivait même pas à me regarder en face en plus, ou alors peut-être qu'il me prenait pour une bille.
    Yo Han passait le plus clair de son temps à me chanter sa haine, ce serait à cause de cela en définitif ? Des clous. « Autant dire que te voir comme ça me laisse pas de marbre... je parle de simple attirance physique hein. C'est comme si... une fille était en train de te regarder, tu vois ? Tu te sentirais comment si une fille te regardait là ? » « Si t'étais une fille... » Tout en laissant ces quelques mots flotter, je penchais ma tête en avant et le regardais dans les yeux. C'est vrai que maintenant que je prenais le temps de l'observer de près, Yo Han avait vraiment un beau visage. Ses traits étaient fins, et ses yeux en amandes ne laissaient pas transparaître la mesquinerie dont il pouvait parfois faire preuve. Sa peau laiteuse était sans impuretés et ses cheveux noirs de jais contrastaient de façon assez perturbante avec elle.

    Si il était une fille hein ?

    Quelque chose d'inexplicable se produisit : un fin voile de rose vint recouvrir mes joues, et il me déstabilisa. Pourquoi est-ce que je me mettais à rougir hein ? Je n'avais pas une fille devant moi, qu'est-ce que ça pouvait me faire qu'il me reluque ? Je n'étais pas complètement nu de toute façon, ça n'avait rien de malsain à mes yeux.

    … Si ?
    Je reculai de quelques pas et toussai un bon coup. « Je m'en ficherai tout autant. Je suis mannequin Yo Han, ça fait un baille que je suis habitué à ce qu'on me regarde.  » dis-je avec culot, et avec un sourire de nouveau confiant. Le pire dans tout cela ? Je ne mentais pas, je n'avais jamais eu honte de mon corps, et ce n'était pas maintenant que j'étais un mannequin que j'allais commencer. Cela dit, j'avais eu la chance de trouver une bonne explication dans les temps, il fallait l'avouer. Je pouvais souffler un bon coup, j'étais «sauvé».

    Notre conversation vira à nouveau vers les mollusques qui habitaient dans ce dortoir. « T'as l'air parfaitement humain. Mais puisque tu l'es pas, pourquoi tu te laisses faire ? Je veux dire... je suis sûr qu'avec tes capacités, t'aurais pu t'épargner tout ça. » Je prenais un air un peu plus sérieux cette fois-ci, et ne me forçais pas à le regarder dans les yeux. Il se donnait tellement de mal à l'éviter mon regard, que pour cette fois, j'allais lui faire une fleur. « Ce serait de la triche, non ? Ces buses ne valent même pas que je me donne la peine de leurs péter un bras. Mais je dois t'avouer, je suis vraiment très tenté. Vous avez un principe assez amusant ici : œil pour œil... dent pour dent ? Je crois que je commence à comprendre.  » Je devais l'avouer, les humains étaient plutôt amusant quand ils s'y mettaient.

    « Non non. Tant que tu leur casses pas les jambes et qu'ils peuvent toujours venir travailler, je dirais rien. » Je le regardai rire, visiblement moins sous tension que quand il était arrivé, puis je haussais les épaules : après tout j'avais parlé du bras et pas de la jambe, alors ça pouvait passer, non ? Je ne me donnais pas la peine de répondre, attendant plutôt qu'il capitule. Ce qu'il fit, comme je m'y attendais. Je récupérais mon jean et souriais de toutes mes dents : « La salle de bains est à toi. »  Cette fois, ce fut à mon tour de rire : « A la bonne heure.  » Je tapotais sur sa tête avec le bout de mes doigts, avant de récupérer quelques vêtements et de filer dans la salle de bain.
    Je ne perdais pas une minute, et me glissais sous l'eau chaude, laissant un long soupir filer entre mes lèvres. Les yeux fermés, pendant un temps, je m'affairais ensuite à faire disparaître toute cette crasse. Un bon quart d'heure après, je sortais de la douche, tout propre. J'enroulais mon bas ventre dans une serviette et séchais mes cheveux :

    « Hey, In Young... à quel point t'es nul en cuisine ? Est-ce que je peux t'utiliser pour casser les œufs ? » Je sortais la tête de la porte, et fronçais les sourcils : « Je suis pas nul. Et pourquoi tu veux m'utiliser pour casser des œufs ? Tu comptes pas les casser sur ma tête hein ? Je viens de me faire un shampoing.  »

    Je vous ai dis que je suis une vrai fashionista ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: Tu n'as pas l'air d'un homo pourtant... (In Young) Mer 17 Déc - 20:30

Eh mince. A voir sa tête, je me dis que faire un manège de faux gay aurait été plus efficace que cette histoire de bisexualité. Il me donne l'impression que même si je pouvais lui expliquer l'exact pourquoi de ma gêne, il changera pas son comportement. « Est-ce que t'es aussi habitué à ce qu'on te saute dessus ? » j'ai failli hurler ça, tellement ça m'agace de me retrouver condamnée à vivre dans ces conditions. D'autant plus que j'ai jamais aimé aborder ce genre de sujets.

La conversation prend une autre direction. « Difficile de croire que briser les bras des gens est ton sport favori. T'as plutôt l'air pacifiste. » Et donc incapable de mettre à exécution le dicton "oeil pour oei, dent pour dent, etc.", pourvu que je me trompe pas.

J'essaie d'ignorer qu'il ressort de la douche avec seulement une serviette autour de la taille, mais mon expression faciale traduit sans doute mon agacement. « Pas nul... vraiment ? J'étais prêt à parier que tu connais pas la différence entre le sel et le sucre. J'ai rencontré quelqu'un qui savait pas cuire un œuf, en fait il s'achetait des œufs pré-faits, je savais même pas que ça existait... et mon frère sait pas cuisiner non plus, j'ai dû généraliser... je pensais que tous les hommes étaient comme ça. » "C'est qui la fille de nous deux ?" j'ai failli ajouter, quand monsieur me sort qu'il vient de se faire un shampoing.

Mais bon, c'est pas important. J'avais faim, et du coup la douche pouvait attendre un peu. Alors sans perdre de temps, je commence à laver les légumes mais il m'est impossible de fermer le robinet. Même que l'eau coule avec abondance, le sol devenant humide en même temps. Tant bien que mal, j'arrive à bloquer le passage d'eau de mes deux mains mais je suis tout de suite arrosée d'une giclée d'eau, suite à la déformation d'un tuyau. « C'est pas du bizutage, c'est du gaspillage, je suis entouré d'idiots... » dis-je énervée, tandis que ma respiration s'accélère. L'eau commence également à s'échapper du placard sous l'évier, et très vite le sol est recouvert d'un ou deux centimètres d'eau. Qui plus est, je suis trempée. Au moins je n'avais plus besoin de prendre une douche...

« Fais quelque chose ! » dis-je en pointant du bout du menton le tuyau à la hauteur de ma tête. Mes mains étaient occupées, et je n'avais pas le choix que de compter sur lui pour bloquer la fuite d'eau. De toute façon, je ne suis pas assez forte pour ça, et lui a des mains plus grandes. « Vite ! Mais fais attention de ne pas te coller à moi quand tu... » pas moyen de terminer ma phrase, je me prends encore un jet d'eau dans le visage.  
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: Tu n'as pas l'air d'un homo pourtant... (In Young) Jeu 18 Déc - 22:43


    « Est-ce que t'es aussi habitué à ce qu'on te saute dessus ? » Je plantais mon regard dans le sien un court instant, avant de faire mine de réfléchir : « Pas maintenant Yo Han, je suis fatigué. » Sourire narquois, un peu charmeur sur les bords pour agrémenter cette réplique de Dom Juan. Je pouffais de rire après cela, sachant que la note d'agacement que j'avais senti dans sa voix, ne s’atténuerait sûrement pas avec cela. Étrangement, ce que j'avais ressenti pendant un instant, un peu plus tôt, m'avait perturbé, pour être honnête. Yo Han était un garçon, ce pincement au cœur n'avait pas lieu d'être, pourtant il avait quand même eu lieu, et le soudain de cette sensation m'avait laissé sur le cul.

    Je n'étais pas le genre à me laisser assujettir pour des choses aussi primitives que les instincts.
    Puis, je n'étais ni homosexuel, ni bisexuel. Alors forcément, cette fameuse âme sœur serait une femme, n'est-ce pas ?
    Je secouais la tête, décidément tacitement que j'étais en train de m'emballer, et que c'était ridicule.

    Quand il se mets à parler de mes airs de pacifistes, je souris et hausse les épaules : «  L'habit ne fait pas l'évêque, tu connais pas cette expression ?  » demandais-je comme si lui non plus, ne venait pas de cette planète. « C'est à se demander qui est l'alien de nous deux, je te jure.  » J'inspirais un bon coup, et décidais de lui donner une réponse un peu plus convenable, histoire que l'on ne se chamaille pas toute la soirée : «  Je n'aime pas me mettre au niveau de bêtises de certaines personnes, mais je compte pas me laisser marcher dessus pour autant, j'ai des principes. Enfin, on y est pas, j'espère qu'ils vont s'en tenir là.  » Après cela, je vais prendre ma douche, et je dois dire qu'en en sortant, je me sens bien plus calme et détendue. Si je n'étais pas à moitié nu et que je n'avais pas un psychorigide dans la chambre, je pourrais très bien m'endormir aussi sec.

     « Pas nul... vraiment ? J'étais prêt à parier que tu connais pas la différence entre le sel et le sucre. J'ai rencontré quelqu'un qui savait pas cuire un œuf, en fait il s'achetait des œufs pré-faits, je savais même pas que ça existait... et mon frère sait pas cuisiner non plus, j'ai dû généraliser... je pensais que tous les hommes étaient comme ça. »  Je fronce mes sourcils, et enfile un un boxer propre en dessous, tout en gardant ma serviette. Je ne peux, cela dit, m'empêcher de froncer les sourcils en l'écoutant parler : « Est-ce que tu te rends comptes que tu parles comme si tu étais une nana et non un homme ?  » Pour sûr, je n'allais pas réussir à me sortir cette obsession de la tête. Yo Han était bizarre en définitif, et j'allais trouver ce qui clochait.

    Distrait par la suite, je ne fis plus attention à Yo Han qui s'agitait derrière moi, après tout, pourquoi pas, s'il voulait cuisinier, je n'étais pas contre. La fatigue avait tendance à me rendre feignant, mais quand je me retourne, c'est limite s'il n'a pas lancé l'apocalypse au lavabo. « Mais...  » Doucement, je m'approchais, mais n'osais pas trop le faire, de peur de me mouiller à nouveau : « Fais quelque chose ! » «  Ah ça, j'aurai pu le parier que ça allait me retomber dessus...  » marmonnais-je en lâchant ma chemise, et en m'approchant de lui. « Vite ! Mais fais attention de ne pas te coller à moi quand tu... » Je n'écoutai pas ce qu'il disait, voulant agir vite. Je passai alors mes mains au dessus de sa tête et posai celles-ci sur le tuyau, que je serrai avec force. Mais le message finit par me monter au cerveau, et je recule d'un coup.

    Forcément, le tuyau se remis à fuir, et pour arranger le tout, je venais de me cogner la tête contre le coin d'une étagère. « Bordel... Journée de merde..  » Par simple réflexe, je touchais là je sentais la douleur, et effectivement, vu le sang qui était sur ma main, je ne m'étais pas raté. Heureusement, je cicatrisais très vite.

    On allait finir avec 5 bon centimètres de flotte avec tout ça.
    Avec un peu de shampoing, on pourrait faire une soirée mousse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: Tu n'as pas l'air d'un homo pourtant... (In Young) Sam 20 Déc - 16:45

Je jette un regard ahuri vers lui, avant de décider de l'ignorer, lui et ses blagues perverses. Je ne peux m'empêcher de sourire un peu, on a beau être différents, très différents, l'un de l'autre et ne pas s'apprécier ; il trouve toujours le mot pour me faire rire. Et femme qui rit, à moitié au... oh. Je secoue la tête pour chasser ce genre de pensées que je n'avais jamais vraiment eu, malgré que mon entourage soit constitué de plus d'hommes que de femmes.

«  L'habit ne fait pas l'évêque, tu connais pas cette expression ? C'est à se demander qui est l'alien de nous deux, je te jure.  » Je me mords la lèvre pour ne pas rire, et secoue simplement la tête. En dépit de ma méfiance naturelle, j'ai aucun mal à croire ce qu'il dit ensuite. Peut-être que son taux d'égocentrisme n'est pas vraiment élevé. « Est-ce que tu te rends comptes que tu parles comme si tu étais une nana et non un homme ?  » Je sursaute, réalisant qu'en effet, il fait ressortir mon côté féminin. Extérieurement, j'affiche un sourire confiant, mais à l'intérieur je suis loin d'être à l'aise. « ... dit celui qui veut pas qu'on touche à ses cheveux parce qu'il "vient de se faire un shampoing". » C'est limite si je ne lui sors pas une mimique digne d’un "gnagnagnaa" d’enfants.

Oui, il est agaçant mais je sais qu'en lui demandant de l'aide, je frappe à la bonne porte. Dommage qu'il ait la mauvaise idée de reculer. « Bordel... Journée de merde..  » A qui il dit ça ? J'allais diriger le jet d'eau vers lui, pour m'avoir laissé me battre toute seule avec la fuite d'eau, mais en voyant du sang sur sa main, je me retiens. « Tu vas bien ? » J'oublie un moment l'inondation et file chercher du sparadrap, je saisis sa tête entre mes mains et commence à la tourner dans tous les sens. « Y a pas de blessure, juste du sang... » Ça a cicatrisé si vite. Je lâche ensuite sa tête et commence à le regarder dans les yeux. Ça doit être la première fois que j'ai réellement l'impression d'être devant un... non-humain.

Le froid m'extrait de mes pensées, je suis trempée mais j'ai pas de vêtements de rechange, ma mère étant passée ce matin pour les laver chez elle. Je pourrais demander à mon colocataire de me prêter quelque chose mais vu la fuite d'eau la salle de bains est inutilisable, la cuisine aussi, et il est hors de question que je me change devant ses yeux. In Young n'a pas encore réussi à répandre la mode du semi-naturisme.

« Je suis désolé de demander ça comme ça, mais... tu peux garder ce petit problème secret ? Depuis que je suis à la tête de l'entreprise, mon frère attend que je commette une erreur, et s'il apprend pour ce problème de canalisation, je risque de payer cher. » Voilà pourquoi je préfère habiter seule. Soudain, j'éternue. Il ne manquait plus que je choppe la crève... « Journée de merde... » je dis à mon tour, désespérée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité



MessageSujet: Re: Tu n'as pas l'air d'un homo pourtant... (In Young) Sam 20 Déc - 18:27


    Il n'y avait pas de raisons pour que je me prenne la tête à son sujet de toute façon, cela me donnait déjà la migraine. J'avais été perturbé pendant un court instant, cela n'engageait à rien. Rien que pour m'en persuader, je le dardais d'un regard inexpressif pendant une bonne dizaine de secondes, juste avant qu'il ne réplique : « ... dit celui qui veut pas qu'on touche à ses cheveux parce qu'il "vient de se faire un shampoing". » Je pouffai de rire, même pas vexé. J'assumais parfaitement ce que j'étais, le seul qui était pudique et maniaque ici, c'était lui : « Je suis précieux, pas gay et encore moins une fille.  » Je haussais les épaules, pas très intéressé par ce genre de banalités au fond. De toute façon, je n'avais pas le temps de penser plus longtemps, la canalisation venait de péter... Au moins ici, nous n'avions pas le temps de s'ennuyer. Et honnêtement, je ne savais pas si ça devait me faire rire ou pleurer.

    « Pleurer » serait plus approprié, vu que je venais de m'ouvrir le crâne et que si j'avais été humain, j'aurai sûrement eus besoin de quelques points de sutures. Mais ma condition faisait qu'heureusement, je cicatrisais vite. Puis pleurer, c'était fatiguant. Yo Han savait que je n'étais pas d'ici, alors il ne serait pas surpris n'est-ce pas ? « Tu vas bien ? » Machinalement je penchais la tête sur le côté, incrédule. « Pourquoi ?  » Puis je compris, et soupirai, le laissant me remuer la tête dans tous les sens, grommelant un peu. Puis quand il s'arrêta enfin, je le regardais avec lassitude.

    «  Ne me regarde pas comme ça, tu avais oublié ce que je suis ? Pas besoin de t'affoler donc. Je ne coûte pas cher de ce côté, c'est un bon point.  » dis-je calmement. Il fallait bien que ma nature d'alien ait quelques avantages. Je me relevais aussi sec, posant mes mains sur ses épaules, je le faisais se décaler sur le côté, n'ayant pas franchement le temps pour les longues explications. De toute manières, il savait déjà tout.

    L'eau continuait à fuir sur le sol autour du lavabo, et s'approchait doucement de notre lit, ce qui n'annonçait rien de bon. Avec force, je tordais le tuyau pour qu'il arrête de fuir, c'était une réparation de fortune, mais ça ferait l'affaire. Une fois que ce fut terminé, je me tournais de nouveau vers Yo Han et fronçais les sourcils : « Si tu veux mon avis, il est grand temps que tu te changes, ça va carrément à l'encontre de tes principes d'homme d'église là.  » annonçais-je, un peu moqueur.

    « Je suis désolé de demander ça comme ça, mais... tu peux garder ce petit problème secret ? Depuis que je suis à la tête de l'entreprise, mon frère attend que je commette une erreur, et s'il apprend pour ce problème de canalisation, je risque de payer cher. » Je fronçais les sourcils et hochais les épaules :

    « A qui veux-tu que j'en parle de toute manière. Mais je vois, ça doit être sympa l'ambiance chez toi...  » Je disais cela avec une neutralité totale. Son frère n'avait pas l'air d'être extra, et ses parents ne devaient pas l'être non plus, pour laisser le chef de l'entreprise dormir dans ce dortoir lugubre ; « Journée de merde... » Je soupirai, et allais enfiler un pantalon, ainsi qu'une chemise que je gardais dans un sac près de mon lit : « Je vais attendre dehors, habille toi, et on verra ce qu'on fait, il n'est pas très tard, on peut toujours aller manger dehors.  » L'idée ne me motivait pas des masses, mais je ne me sentais pas de rester toute la fin d'après midi entre quatre murs.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Tu n'as pas l'air d'un homo pourtant... (In Young)

Revenir en haut Aller en bas
 

Tu n'as pas l'air d'un homo pourtant... (In Young)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Young Haitian MD named White House fellow
» Forever young
» Assemblée des Seigneurs Sith
» Désolée ^^'
» National Congress and Convention of Haitian-American

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors RPG :: Archives-